© 2020 - François Muller, Romuald Normand, Thierry Foulkes   - https://www.innoedulab.com/

RSS Feed
  • Facebook Black Round
  • Twitter Black Round
  • YouTube - Black Circle
  • Romuald Normand

La « pédagogie inversée » est-elle efficace ?

Par Robert Talbert, professeur et directeur du département de mathématiques de Grand Valley State University à Allendale, Michigan, États-Unis.


Concernant la pédagogie inversée, la grande majorité des articles de recherche examinés à l’échelle internationale montrent soit des scores plus élevés que ceux des élèves en milieu traditionnel, soit des différences qui ne sont pas statistiquement significatives. De plus, lorsque les élèves en pédagogie inversée obtiennent de meilleurs résultats que les élèves en milieu traditionnel, l'ampleur de l'effet est habituellement assez modeste.


L’un des principaux enseignements de la recherche est que la pédagogie inversée a tendance à ne pas faire de mal. Je sais qu'il ne s'agit pas d'une affirmation inspirante et mobilisatrice. Nous préférerions avoir des résultats positifs qui changeraient la donne et qui feraient en sorte que la science s'intéresse à la pédagogie inversée, mais nous n'en avons pas encore. Donc, à ce stade, je suis heureux de considérer que c'est une petite victoire.


- À propos de l'engagement des élèves : Le terme "engagement" est trompeusement glissant ; je l'utilise pour désigner les comportements des élèves qui indiquent une participation active et intentionnelle à leur processus d'apprentissage. Il existe de nombreuses façons de mesurer cet engagement. L'une d'entre elles est l'assiduité en classe (il est difficile de participer au travail en classe si vous n'êtes pas là) et, à cet égard, l'apprentissage inversé donne de très bons résultats : L'un des résultats les plus constants de la recherche sur l'apprentissage inversé est qu'il est fortement corrélé à l'amélioration de l'assiduité en classe, une étude faisant état d'une augmentation de 30 % à 80 % de l'assiduité entre les classes traditionnelles et inversées. Une autre question d'engagement, beaucoup plus courante, est de savoir si les élèves font les activités préalables à la classe.


Sur cette question, les résultats sont mitigés et très variés. Il semble que cela dépende de la mise en œuvre. Les élèves ont tendance à faire les activités avant le cours et à en tirer des leçons lorsque les activités sont structurées, qu'elles ont une valeur évidente pour les activités en classe et qu'elles sont intégrées à ces activités et non pas seulement à un travail supplémentaire. Inversement, si les activités préalables à la classe consistent simplement à dire aux élèves de regarder des vidéos et peut-être de faire quelques exercices, sans structure ou sans aucun feedback, ces activités ont tendance à ne pas être réalisées.



- Sur les préférences et les attitudes des élèves : Beaucoup de recherches sur la pédagogie inversée se concentrent sur la question de savoir si les élèves préfèrent la pédagogie inversée à l'approche traditionnelle (et, parfois, en creusant plus profondément pour découvrir exactement ce qu'ils préfèrent ou ne préfèrent pas et pourquoi). Les résultats sont, pour être honnête, frustrants : les élèves ont tendance à être plus satisfaits de la pédagogie inversée que des méthodes traditionnelles, en particulier parce qu’elles mettent l’accent sur l'apprentissage actif, et ils aiment que la pédagogie inversée leur donne plus de temps pour le travail de groupe, plus d'expérience pour communiquer leurs idées, plus d'interaction avec leurs amis, plus d'attention de la part de l'enseignant et un sentiment accru d'appartenance et d'autonomisation.


Mais --- et voici la grande mise en garde --- ces avantages ont tendance à s'estomper avec le temps. Les élèves ont souvent des opinions très négatives sur la pédagogie inversée lorsqu’elle est introduite pour la première fois ; et certains élèves persistent avec cette opinion tout au long du cours. De plus, et c'est pour moi la partie la plus frustrante, les élèves ont ces croyances fortement négatives sur la pédagogie inversée même s'ils en reconnaissent les avantages ci-dessus. En d'autres termes, les élèves prennent conscience des avantages de la pédagogie inversée et sont même d'accord sur le fait qu'il s'agit d'avantages ; mais ils veulent quand même revenir au cours magistral traditionnel.


Je ne sais pas trop quoi vous dire à ce sujet, si ce n'est que, comme je l'ai dit ailleurs, la clé de la réussite de la pédagogie inversée est la communication avec les élèves. Lorsque vous enseignez avec la pédagogie inversée, vous devez être clair sur vos attentes concernant le travail des élèves et pourquoi la classe est organisée comme elle l'est, en vous assurant que les élèves savent ce qu'ils sont censés faire et pourquoi ils le font, solliciter constamment les commentaires des élèves et y donner suite, offrir un soutien indéfectible aux élèves et les aider à réussir.


- A propos de l'utilisation de la technologie : Il ne semble pas y avoir beaucoup d'études portant spécifiquement sur l'utilisation de la technologie dans les environnements de pédagogie inversée. Ce qui existe, tend à dire que le type ou la quantité de technologie utilisée dans les cours de pédagogie inversée n'est pas aussi important que le simple fait d'utiliser la technologie en premier lieu pour promouvoir l'apprentissage des élèves. En d'autres termes, s'il existe une technologie que vous pouvez utiliser dans le cours pour rendre le travail actif en classe plus fructueux, alors utilisez-la ; mais il n'y a pas de combinaison spéciale qui la rende plus efficace. J'ajouterais cependant, d'après mon expérience personnelle, que vous devriez faire attention à ne pas surcharger les élèves avec trop de technologie, car la charge cognitive imposée par la pédagogie inversée peut souvent être très grande pour certains élèves.


- À propos des enseignants et des établissements : Il existe des études intéressantes sur la façon dont la pédagogie inversée affecte les enseignants et les institutions pour lesquelles ils travaillent. Nous avons déjà mentionné que la mise en œuvre est cruciale ; des cours de pédagogie inversée mal conçus donneront presque toujours de mauvais résultats. Cependant, les recherches tendent à dire que les différences dans les résultats des élèves basées sur différentes mises en œuvre de l'apprentissage dans la pédagogie inversée sont faibles en comparaison des différences dans les résultats entre les cours à pédagogie inversée et les cours traditionnels.


En d'autres termes, la manière spécifique dont vous mettez en œuvre la pédagogie inversée n'est pas aussi importante que le fait que vous inversez les rôles au départ, que vous transférez l'enseignement direct dans les espaces individuels des élèves et que vous utilisez le temps de classe pour un apprentissage actif.


De plus, la recherche confirme le bon sens lorsqu'elle dit que la pédagogie inversée entraîne des coûts importants en temps et en efforts, surtout au moment du démarrage, et que, par conséquent, les enseignants ont besoin du soutien des établissements (temps, argent, formation, accompagnement, etc.)


Enfin, les données de la recherche ne montrent aucune différence significative, que ce soit en termes d’études qualitatives ou quantitatives sur :

- Le fait que le cours à pédagogie inversée soit un cours d'introduction ou un cours avancé

- Si le cours est fait au premier cycle ou au second cycle

- Si le cours contient beaucoup de technologie ou pas beaucoup

- Si le cours se fait en petit groupe ou en grand groupe

- Si tout le cours est en pédagogie inversée ou une partie seulement

- Si les vidéos sont utilisées ou non




Source : http://rtalbert.org/what-does-the-research-say/